Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mars 2012 3 07 /03 /mars /2012 08:15

ascenseur

En 2003, les grands ascensoristes dont Kone, Otis, Schindler et ThyssenKrupp avaient fait  voter une loi obligeant à rénover en profondeur les ascenseurs (notamment) des copropriétés.   Cela impliquant des frais allant parfois jusqu’à 50.000 euros par ascenseur, sans que les risques réels ne soient identifiés. Les délais initiaux, soit le 01/01/2013 et le  01/01/2018 seront prochainement prolongés de cinq ans.

 

Cela contente les associations de copropriétaires qui trouvaient cela fort cher, mais pas les ascensoristes qui avaient déployé moult efforts de lobbying pour faire voter cette loi reposant sur une    européenne. Ils voulaient faire évaluer la sécurité des ascenseurs sur base d’un long cahier des charges à vérifier. Par contre, ils ne tenaient pas compte d’une méthode alternative, dite de Kenney, reposant essentiellement sur les risques associés à chaque ascenseur.

 

Suite à l’arrêté royal de 2003, reposant sur la recommandation de la Commission européenne n° 95/216/CE du 8 juin 1995 un comité avait été créé réunissant des copropriétaires d’immeubles indignés qu’on puisse exiger le remplacement ou la rénovation de leur ascenseur qui fonctionnait pourtant très bien.

 

Selon eux, cette modernisation obligatoire était inappropriée par rapport aux risques encourus et les délais tout à fait insuffisants. Ils avaient également évoqué le fait que cette loi ait été le résultat d’un lobbying de la part des fabricants d’ascenseurs désireux de remplir leur carnet de commandes.

 

En septembre 2011, Paul Magnette, alors ministre de la Protection des consommateurs s’emparait de l’affaire et mettait sur pied un groupe de travail réunissant les différents intervenants avec pour but de trouver des nouvelles solutions et d’arriver à un possible allongement des délais.

 

Cela a finalement abouti. Ce mardi, son successeur, Johan Vande Lanotte, a en effet décidé d’accorder un nouveau délai. Cependant, cette modification ne concerne qu’une partie du parc. En effet, pour les ascenseurs installés dans un bâtiment à vocation professionnelle, il n’y aura pas de prolongation du délai. Pour les habitations privées, le délai est, quant à lui, prolongé de 5 ans (au 1er janvier 2018 pour l’installation du rideau de sécurité électronique et/ou le verrouillage positif  et au 1er janvier 2023 pour les autres travaux).

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Costmasters
  • Le blog de Costmasters
  • : comptabilité, fiscalité, conseils en organisation d'entreprises
  • Contact

Recherche