Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 février 2012 3 08 /02 /février /2012 20:01

Fin janvier 2012 comme chaque année à la même période,  le FMI a envoyé sa délégation à Bruxelles afin delogo fmi constituer un rapport sur l’état de l’économie belge. Nous rapportons ci-dessous les principales constatations et recommandations du Fonds Monétaire International pour ce qui concerne notre pays.

 

Bilan mitigé

Les mesures prises par le gouvernement papillon d’ Elio Di Rupo fin 2011 sont vues d’un bon œil par le FMI : il apprécie la détermination de l’équipe gouvernementale fédérale à assainir les finances publiques et à augmenter le taux d’emploi.

  

Rappelons que les objectifs de MM. Di Rupo et consorts sont de  :

·        Réduire le déficit en 2012

·        Atteindre un budget en équilibre à l’horizon de 2015

·        Augmenter le taux d’emploi de 5% d’ici 2020

  

Cependant, selon le FMI, l'économie belge reste très vulnérable face aux turbulences qui sévissent dans la zone euro (puisque notre économie est très ouverte) . Dès lors, il reste de nombreuses choses à faire pour sortir de la crise et atteindre l'équilibre budgétaire espéré pour 2015.

 

Quelques recommandations

  

  •  Envers  la stabilité du secteur financier, le FMI conseille au gouvernement de rester en état d’alerte élevée face aux nombreux risques qui subsistent.
  • Les banques devraient continuer à augmenter leurs fonds propres pour faire face aux dérégulations du marché et maintenir l'accès au financement.
  • L'assainissement budgétaire devrait provenir d'une réduction des dépenses du gouvernement plutôt que d'une augmentation de la pression fiscale… Ce n’est visiblement pas la voie suivie. 
  • Pour relancer la croissance et l'emploi, le FMI recommande à la Belgique la mise en place d’une réforme visant à alléger la pression fiscale sur le travail, celle-ci étant très élevée. 
  •  Le mécanisme d'indexation automatique des salaires devrait également être reconsidéré. En effet, un tel mécanisme est difficilement défendable dans un contexte de croissance nulle. Sachant que les socialistes se refusent à une telle mesure et que les libéraux refusent d’augmenter la TVA, le contrôle budgétaire de fin février, qui devra trouver 2 milliards d’euros, sera certainement ardu.
  •  Finalement, la politique de concurrence devrait être renforcée, notamment dans le secteur de l'énergie où les barrières à l'entrée pourraient être réduites.

 

 

Partager cet article

Repost 0
costmasters-blog.com - dans Economie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Costmasters
  • Le blog de Costmasters
  • : comptabilité, fiscalité, conseils en organisation d'entreprises
  • Contact

Recherche