Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 avril 2012 1 02 /04 /avril /2012 09:44

 coq wallon

Vous avez peut-être regardé l’émission de la RTBF « Wallonie, 10 ans pour réussir » ce 28 mars 2012. C’est dans cette perspective que la RTBF avait aussi  interrogé Pierre Pestieau, économiste et professeur à l’Université de Liège (ULg). Selon lui les indicateurs éconmiques sont moins roses que ne le laissent penser les discours du gouvernement wallon.  Pour que cela change, il faudrait que des mesures radicales soient prises et  que les hommes politiques acceptent enfin la critique. Explications.

 

Si les autorités wallonnes ont fait preuve d’un souci de changement avec les Plans Marshall 1 et 2. Vert,  l’écart qui sépare la Wallonie de la Flandre et des pays voisins reste énorme.

 

Cet écart est notamment démontré par l’indicateur d’inclusion sociale qui a été créé pour  comparer les pays entre eux. Plus il est élevé, plus les citoyens du pays concerné sont en bonne santé, ont un niveau d’éducation satisfaisant, un taux de pauvreté bas, de faibles inégalités de revenus et un taux d’emploi élevé, le score maximal étant de 1.

 

En 2009, la Suède s’est classée en tête, suivie de près par la Hollande avec un score de 0,85 et la France avec un score de 0,72. La Belgique, quant à elle, obtenait un score de 0,6, par moyenne pondérée entre la Flandre (0,8) et la Wallonie (0,35).  Avec ce score, la Wallonie se situait entre la Grèce et le Portugal, ce qui signifie très bas dans le classement !

 

Selon Pierre Pestieau, ces résultats ne sont pas surprenants. Ils cumulent les problèmes dont la Wallonie souffre depuis de nombreuses années, à savoir l’emploi, la santé, l’exclusion sociale et la formation.

 

Pour que la Wallonie puisse se redresser, Pierre Pestieau donne le conseil suivant : « que les autorités politiques aient davantage de clairvoyance et d’intransigeance dans la gestion des finances publiques, qu’elles fassent des économies et éliminent de nombreux gaspillages. En ces temps d’urgence, le gouvernement wallon et celui de la communauté française se doivent d’adopter en toute rigueur les politiques d’économies et les mesures que tant de foyers sont forcés d’adopter dans leur vie quotidienne ».

 

Nous n’avons pas été étonné que le ministre Antoine ait qualifié le professeur Pestieau soit qualifié de pessimiste ou de méchant petit canard. Quoi qu’il en soit, son constat semble implacable et ses recommandations de bon aloi. Pourvu que la Wallonie se redresse en dix ans !  

Partager cet article

Repost 0
costmasters-blog.com - dans Economie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Costmasters
  • Le blog de Costmasters
  • : comptabilité, fiscalité, conseils en organisation d'entreprises
  • Contact

Recherche