Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 août 2012 2 28 /08 /août /2012 13:26

 

luc-coene-heeft-het-parlement-gebruikt-id2873224-1000x800-n

Nous avons lu et résumé pour vous l’interview que Luc Coene, Gouverneur de la Banque Nationale de Belgique, a accordé récemment à l’Echo. Voici  ce qu'il pense des cinq années de crise financière que nous venons de vivre.

 

 

 

 

 

 

 

La Belgique

 

Les premiers signes de la crise : pour Luc Coene, C'est le 7 août 2007 qu'apparaît le premier signe de la crise, quand trois fonds de BNP Paribas ne peuvent plus rembourser leurs dettes. Le second signe est la faillite de Lehman Brothers, le 15 septembre 2008.

     

La réaction des autorités belges : selon lui, les autorités belges ont relativement bien réagi. Elles ont essayé au maximum de protéger le système financier pour les épargnants et de ne pas trop alourdir les finances publiques belges.

 

A propos de Fortis, Dexia et KBC :

 

Fortis :si le gouvernement avait dû prendre en charge seul le sauvetage de Fortis, la Belgique se serait retrouvée dans une situation similaire à celle de la Grèce. Il n’y avait donc pas beaucoup d’alternatives.

 

Pour Dexia, il aurait peut-être fallu accélérer un peu la vente d’actifs.

 

Quant à KBC, Luc Coene estime que les bons choix ont été pris. En effet, la situation évolue dans la bonne direction et la banque fonctionne relativement bien.

 

  

La zone euro

 

Le lien entre la crise bancaire et celle de l’euro : pour lui, la crise de l’euro serait aussi survenue même en l'absence de la crise bancaire, mais sans doute plus tard. Le lien entre les deux est évident.

 

Les mesures prises par la zone euro : le problème est qu’il s’agit de dix-sept États qui doivent abandonner une part de souveraineté et ce n’est pas évident dans certains pays. Luc Coene pense qu’on se dirige progressivement vers une Europe plus fédérale.

 

La sortie de la Grèce : il s’agirait de la pire solution car la Grèce a encore sa place au sein de la zone euro; mais elle doit accepter certains changements.

 

 

Le rôle de la BCE

 

Plus d’interventions de la part de la BCE ? Pour Luc Coene, la BCE ne devrait pas intervenir davantage car elle n’a pas la légitimité pour prendre des mesures dans les domaines des finances publiques, de la compétitivité ou de la supervision bancaire. Ce qu’elle peut faire, c’est pointer les problèmes et évoquer les solutions qui doivent être apportées.

 

La BCE face à la hausse des taux obligataires : ces taux augmentent parce que les marchés n’ont pas confiance dans la capacité de certains états à prendre les mesures structurelles nécessaires pour restaurer leur compétitivité et réduire leur déficit public. Selon Luc Coene, une intervention de la BCE n’aurait donc pas résolu le problème du manque de confiance.

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
costmasters-blog.com - dans Economie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Costmasters
  • Le blog de Costmasters
  • : comptabilité, fiscalité, conseils en organisation d'entreprises
  • Contact

Recherche